Le Guatemala, surprenant et authentique

Aujourd’hui encore, je ne saurai pas dire ce qui m’a attiré vers le Guatemala, l’instinct peut-être…. On m’a beaucoup posé cette question pendant ce voyage ; pourquoi as-tu choisi le Guatemala?

J’avais vu quelques photos d’Antigua, de Semuc Champey et du lac Atitlan quand je préparais mon voyage, et ça avait attisé ma curiosité. Je cherchais de l’authenticité, un peu comme ce que j’avais trouvé au Pérou et en Bolivie il y a 5 ans.

Et bien le moins que l’on puisse dire c’est que je l’ai trouvée. Quelle claque! A peine arrivée à  l’aéroport, il y avait des centaines de famille en tenues traditionnelles qui étaient venues accueillir leurs proches…

Direction la ville coloniale d’Antigua, qui est à seulement 1h de route de Guatemala City.(Guatemala ciudad, qui pour le coups est sans intérêt, et plutôt dangereuse)

Je suis immédiatement tombée sous le charme d’Antigua, qui me fait penser à la ville Cubaine de Trinidad ; routes pavées, maisons basses et colorées, une grande place centrale, et beaucoup de vie. 

La ville est entourée de volcans, dont un, le Fuego, qui est toujours en activité depuis plus de 15 ans. J’ai adoré arpenter les rues d’Antigua, me perdre dans les marchés artisanaux, monter au mirador, et juste prendre le temps de flâner sur la place centrale et regarder l’animation qui y règne. 

Antigua a été ravagée de nombreuses fois par des tremblements de terre, et de nombreuses églises, et la cathédrale principale sont démolies et en partie reconstruites. La Cathédrale est en ruine, mais les arches restées debout sont encore magnifiques, et très photogéniques .

La cathédrale d’Antigua

Après Antigua, cap sur un gros défi physique pour moi, l’ascension (6 heures) du volcan Acatenango, pour avoir une vue imprenable à son sommet, sur le volcan Fuego en éruption. L’ascension de passait sur 2 jours, avec une nuit en tente au camps de base à 3750m.J’avais rencontré un couple au Mexique qui avait fait l’ascension et qui sont revenus avec des clichés mémorables sur le volcan de nuit, crachant des tonnes de lave rouge…. Évidemment ça m’a fait envie.

L’ascension avec le sac de 8 kg a été longue, et le temps très changeant, mais je suis contente de l’avoir fait, et de me rendre compte que je suis capable de faire des ascensions en montagne avec ce poids sur le dos. 

Par contre, le temps n’était vraiment pas au Rendez-vous, et après une demi heure de montée, on a commencé à  être en permanence dans les nuages, et le temps ne s’est jamais levé. Il a même plu la dernière demi heure.

Quelle déception a l’arrivée en haut, moi qui m’attendais à voir le Fuego en éruption et en prendre plein les yeux, je me retrouve par 5 degrés à 3h de l’après-midi, avec cette vue de ma tente :

Feu de camp le soir et repas sommaire, on s’est immédiatement couchés pour essayer de se réchauffer un peu. J’avais gardé doudoune, bonnet, gants, et 3 couches de pulls, et malgré  ça, je n’ai presque pas dormi de la nuit à cause du froid.

Réveil à 4h du matin pour finir l’ascension et voir le volcan Fuego du sommet de l’Acatenango. Nous n’avons pas pu monter car le Fuego était encore sous les nuages. Mais au lever du soleil, on a eu la chance que ça se découvre un peu, et on a eu une vue imprenable sur le volcan Agua et sur la vallée …. 

Au moins on ne sera pas montés pour rien. Le lever du soleil était grandiose, et le Fuego était en éruption. Mais je ne peux pas m’empêcher d’être déçue car je m’attendais à le voir dégagé, de nuit, pour faire des photos de dingues…. comme quoi il vaut mieux ne s’attendre à rien pour ne pas être déçu….

Après Antigua et l’Acatenango, direction le lac Atitlan pour me poser 4 jours, et faire le tour du lac et des petits villages environnants. 

Quelle beauté ce lac Atitlan. Les volcans donnent l’impression de tomber dans l’eau tout autour, c’est un lac magique, surtout au coucher du soleil.

J’ai pu visiter les petits villages de San Pedro, San Juan et Santiago d’Atitlan, tous accessibles en bateau. J’ai vraiment pu me ressourcer au bord de ce lac, et m’imprégner un peu de la culture locale, en visitant les marchés et déambulant dans les rues de ces villages.

Après 4 jours à Atitlan, direction le marché le plus grand du pays, dans un village maya assez perdu, le marché de Chichicastenango. Le marché est très animé et coloré, et ça grouille dans tous les sens. On déambule entre les allées colorées vendant des étoffes, des tissus pour les robes traditionnelles des femmes. Les stands de nourriture ne sont pas en reste, avec un peu partout sur le marché, des femmes qui font des tortillas, et préparent des poulets frits entre autres.  

Ce marché a été une expérience unique au cœur de la culture des Mayas Quiché. J’ai adoré l’atmosphère et l’animation permanente qui émanait de ce lieu.

En face du marché, le cimetière surplombe la ville, de ces tombes colorées. C’est très surprenant au premier abord, de voir un cimetière qui semble joyeux. Mai les Guetemalteques, tout comme les Mexicains, célèbrent leurs morts dans la joie et par la musique. Il y règne une atmosphere paisible où on a même plaisir a se promener.

Après le marché, cap sur les cascades de Semuc Champey. Après 13 heures de minibus à travers des routes de montagnes defoncées, on fini par arriver dan le petit village de Lanquin, ou un 4×4 m’attendait pour m’amener à mon hébergement, un eco lodge perdu au milieu de la jungle, où ne passait ni wifi, ni ligne de téléphone… Coupée du monde pendant 36 heures pour aller voir ces cascades.

Être au milieu de la jungle m’a fait revisiter mes peurs des insectes en tout genre, et l’arrivée de nuit n’a rien arrangé… Je sursautais dés que j’entendais un bruit, de peur qu’un serpent ou un mygale me saute dessus (on ne sait jamais 😜), alors que j’étais logée dans une chambre dans un bâtiment en dur… 

J’ai longtemps hésité pour me rendre à Semuc Champey, entre un pick up, et 3km de marche sur un chemin eu demeurant tres praticable à pieds, mais au milieu de la végétation, et donc des potentiels reptiles ou autres tarentules….

J’ai finalement pris mon courage à deux mains , et j’y suis allée a pieds, pour me faire prendre par un pick up au bout de 5 minutes de marche, très téméraire donc…. 😂

Les cascades de Semuc Champey sont un petit paradis en pleine nature. Elles m’ont beaucoup fait penser au chutes de Plitvice en Croatie, en plus petit, mais avec beaucoup moins de monde et la possibilité de se baigner.  Ce sont des dizaines de terrasses d’eaux turquoises et cristallines , et qu’on peut dévaler les unes après les autres en restant dans l’eau. Un moment magique.

Dès le lendemain, j’ai repris la route vers le Nord, vers la ville de Flores. Je dois avouer que j’ai eu du mal à  être coupée du monde pendant 2 jours, surtout que je n’avais pa pu prévenir que je n’aurai même pas de réseau téléphonique… 

Après encore 9h de mini bus sur un strapontin, me voila à Flores, petite île au Nord du pays, au milieu du lac Petén Itza. Un petit havre de paix, qui est aussi la porte d’entrée vers la cité Maya de Tikal, qui est la plus grande cité Maya d’Amérique centrale.

Tikal, elle aussi est au milieu de la jungle. J’avais entendu pas mal d’anecdotes sur des gens y étant allés, qui avaient croisé des grands serpents ou autres mygales, surtout au lever du jour, quand la jungle se réveille à peine… J’ai quand même décidé d’y aller pour l’ouverture à 6h du matin, afin d’avoir la possibilité de voir des singes ou autres oiseaux tels que les toucans.

Heureusement pour moi, je n’y ai vu que des singes qui dansaient dans la cime des arbres, mais le site est majestueux…. Seulement un quart de la cité est découverte est accessible, le reste est encore enseveli sous les arbres et la végétation. Les arbres poussent à  même, les pyramides et certaines sont quasi complètement recouvertes, et on ne distingue que le sommet, quand on les regarde d’en haut…

La particularité de Tikal est qu’on peut monter sur certaines pyramides, et avoir une vue d’ensemble sur toute la cité. 

L’énergie et la sérénité qui règne en ce lieu est incroyable, tout se prête à la contemplation…

Après Tikal, il me restait 2 jours au Guatemala, j’ai décidé d’aller voir la petite ville de Livingston, sur la côte Caraïbes. Livingston est très  isolée du reste du pays car elle n’est accessible que par bateau, ou plutôt par barques, vu la taille des bateaux qui s’y rendent.

J’ai donc fait une bonne heure de bateau sur le Rio Dulce. Un moment incroyable, sur une rivière entourée de Mangroves et d’oiseaux de toute sorte, surtout des pelicans et grues, qui volaient à ras de la rivière dans un ballet magnifique.

Livingston etait sous le signe de la détente pour moi. Une petite ballade sur une plage de sable blanc, la Playa Blanca, et une petite cascade, étaient à mon seul programme ici. Je dois dire que le lieu où je logeais, une auberge de jeunesse pas comme les autres, donnait vraiment envie de rester posée a ne rien faire. Voici la vue de mon lit, les 2 matins de suite, au lever du soleil…. What else!

Je clôture le chapitre du Guatemala sur cette vue incroyable, qui me donne des envies de revenir sur cette côte Caraïbe tres colorée. Après l’avoir découverte au Mexique, puis à Cuba, et au Guatemala, à moi la Colombie avec la majorité des mes 3 semaines à explorer cette côte  Caraïbes, dont une semaine entière dans les îles du Nord, de San Andres et Providencia…

A très vite 😘

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close